Chaudières à Granulés : Les avantages inattendus d’une source de chaleur renouvelable

Chaudières

Publié le : 15 septembre 20236 mins de lecture

À la fois économique et en phase avec les nouvelles normes environnementales, la chaudière à granulés est un moyen de chauffage dont la popularité, auprès des Français, augmente de manière spectaculaire. Si vous hésitez encore à adopter cette tendance, voici 4 arguments irréfutables qui vont éliminer tous vos doutes.

Un mode de chauffage économique

La chaudière à granulés est une solution de chauffage que les Français apprécient particulièrement. Et pour cause : ces appareils sont les plus économiques sur le marché. En effet, le granulé, qui est la matière première et d’alimentation, est vendu à moins de six euros le cent kilowattheure.

Comparé à l’énergie électrique, il présente un coût de revient très bas, sachant que le prix unitaire du gaz propane se situe aux alentours de quatorze euros. Comptez près de huit euros pour le gaz naturel. Il convient également de rappeler que le prix d’une tonne de granulés se situe entre deux cents et six-cent soixante euros.

Les chaudières alimentées en granulés de bois sont aussi connues pour leur rendement énergétique assez élevé. Si en moyenne, leurs performances se situent entre 80% et 100%, avec les dispositifs les plus récents, le rendement peut atteindre les 105%.

Très faible émission de CO2

Au même titre que le fuel et le gaz, la combustion des granulés de bois émet du dioxyde de carbone. Néanmoins, les émissions de CO2 sont balancées par le carbone aspiré par les arbres tout au long de leur durée de croissance, plus précisément pendant la phase de photosynthèse. C’est pourquoi, les chaudières utilisant les granulés de bois possèdent un bilan carbonique neutre. En effet, la quantité de CO2 rejetée dans l’atmosphère durant le processus de combustion est égale à celle émise par l’arbre depuis sa naissance jusqu’à mort.

Étant donné qu’elles ne rejettent aucune particule polluante, ces chaudières sont plus écologiques que tout autre système de chauffage utilisant les énergies fossiles. Cependant, la qualité des granulés est très variable. Pour garantir un taux d’émission réduit de dioxyde de carbone, il faut demander au vendeur la provenance de la matière première. Certains copeaux subissent des traitements chimiques dans le but de ralentir leur vitesse de combustion. Ces produits libèrent des substances toxiques qui compromettent le caractère écologique de la chaudière.

Un entretien facile et limité

Ces chaudières, notamment les modèles dernière génération, sont dotées de fonctionnalités de nettoyage automatique et de décendrage. Ces systèmes de gestion simplifient l’entretien et rendent ces appareils nettement plus pratiques. Le nettoyage est donc limité à quelques gestes tous simples mais qui doivent être réalisés régulièrement. Le bon fonctionnement de la chaudière en dépend !

Dans un premier temps, vous devez récupérer les cendres. Mais cela ne prend que très peu de peu de temps. Quelques minutes de nettoyage suffisent pour éliminer les saletés et garantir à votre appareil un rendement optimal. Sachez que la vidange des cendres ne doit être effectuée que deux fois par an.

Il est à signaler que la fréquence d’entretien de ce type de chaudière est étroitement liée à la qualité des granulés de bois. Ainsi, pour minimiser les interventions et profiter d’un confort thermique irréprochable tout au long de la période de chauffe, vous devez bien choisir votre vendeur et vous assurer que les granulés qu’il propose émettent, pendant la combustion, le moins de particules polluantes possibles.

Pour simplifier davantage les opérations d’entretien, vous devez faire appel à un chauffagiste professionnel comme engie-homeservices.fr. Une intervention annuelle s’impose pour examiner la chaudière et régler les petits dysfonctionnements dès leur apparition. Il s’agit également d’une obligation légale qui s’inscrit dans un projet plus général de transition écologique.

Des aides et subventions gouvernementales

Si vous avez une chaudière au fioul ou au gaz et que vous souhaitez la remplacer par une chaudière au bois, plusieurs dispositifs financiers vous sont proposés pour réaliser cette transition et relever ce défi avec un minimum de dépenses. Car très souvent, les propriétaires sont dissuadés par le prix élevé de ces appareils qui peut facilement atteindre les dix mile euros.

Pour inciter les Français à sauter le pas, le gouvernement propose, par exemple, la prime à la casse chaudière : des aides cumulables incluant le Crédit d’Impôt à la Transition Énergétique, l’Éco-prêt à taux zéro, les CEE, etc.

MaPrimeRénov, la nouvelle version de l’aide de l’Anah, est une aide fournie aux foyers disposant d’une chaudière au charbon ou au fioul et qui souhaitent passer au bois. Mais il y a aussi les Certificats d’Économies d’Énergie, La prime Coup de pouce Chauffage et Éco-PTZ : des financements intéressants pour passer un mode de chauffage plus écologique et réaliser des économies d’énergie à domicile.

Les étapes clés de l’installation de l’isolation thermique par l’extérieur : Planification, exécution et finitions
Secteur industriel : Que contient un audit énergétique ?

Plan du site